Le forum de Regulator

Forum des discussion sur divers sujets
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le maître incontesté... monsieur Louis JOUVET (1887-1951)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gormenghast
Membre d'honneur(et modo)
avatar

Nombre de messages : 118
Localisation : Nouvelle-Calédonie (Nouméa)
Date d'inscription : 04/10/2005

MessageSujet: Le maître incontesté... monsieur Louis JOUVET (1887-1951)   Sam 7 Mar - 7:21

Quand on parle de l'acteur ayant marqué le 7ème art, on pense beaucoup à des artistes tels Charlie Chaplin, Henry Fonda, Buster Keaton, Orson Welles... mais beaucoup oublient à quel point Louis Jouvet possédait une avance indiscutable sur ces derniers nommés.


Louis Jouvet né le 24 décembre 1887 à Crozon, Finistère et décédé le 16 août 1951 à Paris, était acteur, metteur en scène, professeur au Conservatoire national supérieur d'art dramatique et directeur de théâtre.


1 Biographie
2 Jouvet et le cinéma
3 Filmographie
4 Théâtre
4.1 Comédien
4.2 Metteur en scène et comédien
5 Notes et références
6 Bibliographie
7 Voir aussi
8 Lien externe



Biographie

Jules Eugène Louis Jouvet, est né en Bretagne le 24 décembre 1887. Orphelin de père à 14 ans, il part vivre avec sa mère chez son oncle qui est apothicaire à Rethel dans les Ardennes. Élève studieux et docile, sa famille l'oblige à entreprendre des études pour devenir pharmacien. À partir de 1904, il étudie à la faculté de Paris, mais passe tout son temps libre dans les théâtres amateurs de l'époque. En parallèle, il se présente au concours d'entrée du Conservatoire d'Art dramatique de Paris, où il sera recalé trois fois (comme Bernard Blier, Dominique Blanc ou Antoine Vitez).

En 1912, son diplôme de pharmacien en poche, Louis Jouvet se marie avec Else Collin, avec laquelle il aura trois enfants. À cette époque il court les cachets et fera ainsi une courte apparition dans un film aux côtés de Harry Baur.

En 1913, il est engagé avec son ami Charles Dullin par Jacques Copeau directeur du Théâtre du Vieux-Colombier. C'est un véritable tournant dans sa carrière : il y est régisseur, décorateur, assistant et enfin comédien. Il masque alors son bégaiement par une diction syncopée qui le rendra célèbre par la suite [1].

En 1914, la Première Guerre mondiale éclate, Louis Jouvet est mobilisé comme ambulancier, puis comme médecin auxiliaire. Démobilisé en 1917, il retrouve la troupe du Vieux Colombier.


En 1922, il rompt avec Jacques Copeau. Commence alors sa carrière de metteur en scène, il installe sa propre troupe au théâtre des Champs-Élysées où il remporte l'année suivante son premier grand succès avec Knock ou le triomphe de la médecine de Jules Romains, qu'il jouera 1500 fois. En 1928, il rencontre Jean Giraudoux dont il crée plusieurs pièces. À partir de 1935, il dirige le théâtre de l'Athénée où il donne la première de La guerre de Troie n'aura pas lieu (1935), d'Ondine (1939).

Gaston Baty, Charles Dullin et Georges Pitoëff et lui fondent le 6 juillet 1927 une association d'entraide, « Cartel des Quatre », qui durera jusqu'en 1940. L'objectif : faire en sorte que le théâtre crée une poésie qui lui soit propre, et faire jouer des auteurs contemporains.

On lui propose la direction de la Comédie-Française, qu'il refuse car il est trop occupé par celle de son propre théâtre. À l'Athénée, il triomphe avec des œuvres de Molière, celles écrites par son ami Jean Giraudoux, et diverses autres issues du répertoire classique. Il assume de juin 1940 à juin 1941 le contrôle des grands théâtres nationaux, puis part en tournée avec sa troupe en Amérique latine, accompagné pendant un temps par Charlotte Delbo. Durant cette période d'exil il crée notamment L'Apollon de Bellac (1942) à Rio de Janeiro. Il ne reviendra en France qu'à la fin de 1944 et reprendra la direction du théâtre de l’Athénée qui depuis lui a accolé son nom. Là il crée La Folle de Chaillot (1945). Le 30 juillet 1950, il reçoit la Légion d'honneur. Il aide également les nouvelles figures du théâtre, André Barsacq, Jean-Louis Barrault et Jean Vilar notamment, et met en scène Le Diable et le Bon Dieu, pièce écrite par Jean-Paul Sartre en 1951 au Théâtre Antoine à Paris

Malade du cœur, il décède des suites d'un infarctus dans son théâtre alors qu'il dirigeait une répétition de la pièce La Puissance et la Gloire, d'après Graham Greene[2].






Louis Jouvet dans sa chambre de l'hôtel du nord... atmosphère atmosphère... (1937)



Louis Jouvet dans ''Quai des Orfèvres'' (1947 de Henri-Georges Clouzot) dans son rôle le plus humain...



Sarcastique et inquiétant dans le fameux ''Drôle de Drame'' de Marcel Carné aux côtés de Michel Simon...


Mon acteur préféré, il va sans dire. Sans aucun doute, IL MAESTRO!




Louis Jouvet demeure aujourd'hui un mythe certes disparu depuis 1951, mais tout un mythe! Inégalable, tant au niveau d'une présence sur scène qu'à l'écran, mais aussi, un verbe subtil, cynique et à la fois déroutant...

Une autre image de Il Maestro:



_________________
Ada Nicodemou, la plus belle fille du monde...


Dernière édition par Gormenghast le Dim 15 Mar - 5:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regulator
Regulateur d'élite au service de la vraie justice
Regulateur d'élite au service de la vraie justice
avatar

Nombre de messages : 2802
Age : 33
Date d'inscription : 03/10/2005

MessageSujet: Re: Le maître incontesté... monsieur Louis JOUVET (1887-1951)   Lun 9 Mar - 18:21

Intéressant.

_________________
Qui veut la paix prépare la guerre!
Je met les pieds ou j'veux,quand j'veux,Little John,et c'est souvent dans la gueule!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://natalieportman.over-blog.com/
Gormenghast
Membre d'honneur(et modo)
avatar

Nombre de messages : 118
Localisation : Nouvelle-Calédonie (Nouméa)
Date d'inscription : 04/10/2005

MessageSujet: Re: Le maître incontesté... monsieur Louis JOUVET (1887-1951)   Dim 15 Mar - 5:12

Regulator a écrit:
Intéressant.

Certes. Jouvet est aujourd'hui considéré comme inégalable.

Pour débuter avec Jouvet, moi je conseille ''Quai des Orfèvres'' (1947) et ''Drôle de Drame'' (1937). OK ces films sont en noir et blanc, mais Louis Jouvet est à chaque fois spectaculaire et saisissant. Wink

_________________
Ada Nicodemou, la plus belle fille du monde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Regulator
Regulateur d'élite au service de la vraie justice
Regulateur d'élite au service de la vraie justice
avatar

Nombre de messages : 2802
Age : 33
Date d'inscription : 03/10/2005

MessageSujet: Re: Le maître incontesté... monsieur Louis JOUVET (1887-1951)   Dim 15 Mar - 14:04

Pas de problème.
J'aime le noir et blanc. afro

_________________
Qui veut la paix prépare la guerre!
Je met les pieds ou j'veux,quand j'veux,Little John,et c'est souvent dans la gueule!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://natalieportman.over-blog.com/
Gormenghast
Membre d'honneur(et modo)
avatar

Nombre de messages : 118
Localisation : Nouvelle-Calédonie (Nouméa)
Date d'inscription : 04/10/2005

MessageSujet: Re: Le maître incontesté... monsieur Louis JOUVET (1887-1951)   Lun 15 Juin - 19:25

Extrait de ''Hôtel du Nord (1938)'' de Marcel Carné avec Louis Jouvet, Arletty et Bernard Blier.

http://www.dailymotion.com/video/x3e2oa_touche-pas-la-mome

Extrait de ''Drôle de Drame (1937)'' de Marcel Carné avec Louis Jouvet et Michel Simon...

http://www.dailymotion.com/relevance/search/Drole+de+Drame/video/xv90v_drole-de-drame_fun

(''Moi j'ai dit bizarre? Comme c'est bizarre!'')

Extrait de ''Knock (1933)'' de Roger Goupillières avec Louis Jouvet)

http://video.google.fr/videosearch?hl=fr&q=Knock&um=1&ie=UTF-8&sa=N&tab=wv#

(''Est-ce que ça vous chatouille ou est-ce que ça vous gratouille?'')


Extrait de ''Quai des Orfèvres (1947)'' de Henri-Georges Clouzot avec Louis Jouvet, Suzy Delair et Bernard Blier)

http://www.dailymotion.com/relevance/search/Quai+des+Orfevres/video/x2cnhn_louis-jouvet-quai-des-orfevres_shortfilms

_________________
Ada Nicodemou, la plus belle fille du monde...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le maître incontesté... monsieur Louis JOUVET (1887-1951)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le maître incontesté... monsieur Louis JOUVET (1887-1951)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Louis Jouvet 1887-1951
» Louis Jouvet(photo)
» Knock...Un chef d'oeuvre avec Louis Jouvet 1951
» Jean Gabin
» Enorme ecu Louis XIV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum de Regulator :: Le coin du boss :: Natalie Portman-
Sauter vers: